AGIR POUR PROTÉGER
LES ANIMAUX RÉUNIONNAIS

Le Blog

TEMOIGNAGE DE KARINE, SUR DES FAITS ARRIVES LE 3 AOUT 2009

14 août 2009 00:00 | Association

« Je suis sur la route de la Plaine St Paul, j’ai rendez-vous chez mes supers véto, chercher Krakou et Pillow, petits chiens récupérés sur le bord de la route, ils sont en soins.

je roule tranquillement et subitement dans la montée, j'entends des hurlements de chien, une horreur ! moi qui adore les animaux !

Mon regard se porte sur la gauche et stupeur : 5 jeunes s’acharnent sur un chien et je devine son état de loin déjà .......

D’un coup la rage me prends, je sors en furie de ma voiture, me dirige vers eux et j’hurle tout ce que je peux de rage, de pleurs. Il n'y a pas d'autres mots ; j'avais vraiment la haine envers ces pauvres jeunes qui n’ont même pas conscience de leurs actes vu leur inculture. Je leur ai quand même souhaité de crever comme ce chien, et que viendra le temps où je leur marcherai dessus...

J'ai donc récupéré ce pauvre chiot, petit malinois, dans un état sanitaire déplorable, à bout de force, ne pouvant se défendre de l'homme et condamné à mourir s’il n’avait pas rencontré mon chemin ce fameux 3 août 2009.

Je l’ai donc amené chez Emmanuelle et Nicolas, que Anne et moi-même, nous ne pourrons jamais remercier assez pour le soutien qu’ils nous apportent au quotidien.

Nos deux supers véto ont pris la décision de le garder 3 jours en isolement, afin de voir s’il était atteint de la maladie de carré car ses yeux étaient plein de pus.

Ils l’ont installé confortablement au chaud avec gamelles remplies à ras bord : il a dévoré !

On se doute bien que son dernier repas devait remonter à bien loin !

Son état est, certes pitoyable, mais au-delà de l’apparence qu’il a aujourd’hui, ce chien sera d’une beauté stupéfiante une fois traité correctement et retapé.

Je n'ai jamais pleuré mais là, c'est cette violence, ces hurlements, ils lui tiraient la peau, les oreilles, et ne l’épargnaient pas en coups de pieds : ces jeunes là sont un cancer pour notre planète ! Qu’on se le dise ! »

Karine